Pris en flagrant délit de méditer en ramassant des déchets ?

Livre : Méditer, jour après jour : 25 leçons pour vivre en pleine conscience.

J’ai lu ce livre deux fois .

La première fois, c’était il y a près de deux ans je suis resté « bloqué » sur le style d’écriture.

Je voulais de la méthode, des outils. Je voulais être capable de m’investir/ d’assimiler/ progresser/ mettre en œuvre/ mettre en pratique rapidement, à la fin de chaque page.

Je n’ai pas apprécié ce livre lors de cette première lecture. Une impression de perte de temps

Je l’ai repris cette semaine car depuis le début de l’année je m’essaie à la méditation. Je pratique tous les jours, au moins une dizaine de minutes depuis début janvier. Cela coïncide avec la création de ce blog et je reviendrai dans la suite de cet article au lien que je fais entre la méditation et les initiatives de collecte de déchets. Et plus je médite, plus j’ai de temps pour méditer.

Cette semaine j’ai lu le livre en 3 jours. En fait, cela vous fera sans doute sourire, mais je pense que j’étais prêt à entendre les messages qu’il contient. Lors de ma première lecture, ce n’était pas le cas. De plus, je n’ai pas lu la fin du livre comme je l’ai débuté. Au début, je passais rapidement sur les exemples et illustrations pour prêter plus d’attentions aux leçons contenues notamment en fin de chapitre. Progressivement, je me suis mis à prendre plaisir à décoder les messages contenus dans les peintures/illustrations/œuvres d’art  qui sont décrites en début de chaque chapitre et qui introduisent les propos de l’auteur. Les leçons devenaient alors beaucoup plus claires.

Ce n’est pas un parallèle que je fais entre la prise d’initiative de ramasser les déchets jetés par autrui avec la méditation mais un pendant. La méditation invite à la pleine conscience de soi, de ses émotions, de ses sensations, de ses perceptions, de son environnement. Elle invite à prendre le temps d’accepter les idées qui nous traversent la tête, de vivre sereinement en leur laissant une place.

Lorsque l’on ramasse des déchets, on agit. On est dans l’action et quelquefois on le fait, perdus dans nos pensées. On passe par des idées que l’on rumine telles que « pourquoi c’est moi qui le fais ? » ou encore « pourquoi il n’y a que moi qui le fais ? ». Mais une fois que l’on a passé ce cap, une fois que l’on a fait une place à l’idée que oui, on ramasse des déchets jetés par quelqu’un d’autre qui ne tirera sans doute jamais aucune leçon de notre action, il est possible de passer à des idées positives de satisfaction. Prendre le temps de regarder ce que l’on a fait. Ne pas chercher de remerciement car cette satisfaction en est la plus gratifiante.

Aujourd’hui j’en recommande la lecture. Ou plutôt les lectures. Vous trouverez ce livre sur amazon en cliquant ici : Méditer, jour après jour : 25 leçons pour vivre en pleine conscience

Si vous aussi, vous voulez donner de la visibilité et de la pérennité a vos initiatives, n’hésitez pas à nous envoyer un bref compte rendu de celle-ci et quelques photos via notre formulaire de contact.

Et, n’oubliez pas de demander votre guide gratuit pour pouvoir, vous aussi, découvrir comment créer l’effet boule de neige qui nettoiera la planète… en cliquant ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *